Les missions de la CURIF

La CURIF regroupe des universités françaises de recherche intensive qui partagent les valeurs de formation de haut niveau dans un environnement de recherche de niveau international :

    • une formation mettant en perspective les frontières de la connaissance humaine, les enjeux et les défis du monde,

 

    • la création de nouvelles connaissances par la recherche librement développée en leur sein, qui joue un rôle essentiel dans le processus d’innovation et contribue de manière significative à l’avancement de la société,

 

  • la promotion de la recherche en partenariat étroit avec les entreprises, les organisations et la société tout entière.

Ainsi, les universités de recherche intensive ont une responsabilité particulière dans le développement économique, social et culturel de la société. Cette réalité mondiale doit être pleinement reconnue et prise en compte en France.

Le but de la CURIF est de promouvoir ces valeurs auprès des décideurs, politiques et de développer les meilleures pratiques à travers l’échange mutuel d’expériences.

La CURIF vise à mieux faire connaître aux des décideurs politiques et économiques et aux leaders d’opinion le rôle et les activités des universités de recherche intensive. Elle ambitionne de fournir des analyses approfondies et de formuler des recommandations concrètes.

Les universités de la CURIF considèrent que :

    • L’autonomie relative qu’elles ont acquise dans l’attribution de leurs moyens tant financiers qu’en ressources humaines est un progrès considérable qu’elles ont mission de défendre et de développer.

 

    • La place qu’elles ont acquise dans les dernières années comme opérateurs de recherche à côté des organismes de recherche pour décider, en concertation avec ces derniers, de leur politique et leur stratégie de recherche est également un progrès à promouvoir et à développer dans le cadre territorial et national.

 

    • L’attribution des moyens aux universités, financiers, en ressources humaines et en investissement scientifique, doit prendre en compte en proportion suffisante, sous réserve de bonnes performances, le volume de leurs activités de recherche. Leur capacité à lever des ressources contractuelles doit être accompagnée par la généralisation de la prise en compte des coûts indirects de cette recherche comme dans les autres grands pays de recherche.

 

  • L’évaluation de ces performances est nécessaire pour permettre aux universités de conduire la meilleure stratégie possible tant en recherche qu’en formation. Pour cela cette évaluation doit clairement être séparée des décisions qui appartiennent en propre aux différentes tutelles des entités de recherche, dont les universités elles-mêmes. Cette évaluation ne nécessite aucun classement, la mission des universités n’étant pas de se surpasser entre elles mais, ensemble, d’obtenir les meilleures performances au niveau international.